TRAITEUR QUI S'EXPRIME !

Nos recettes !

Tu as aimé notre cuisine ? Tu voudrais tester toi-même ? Tu es au bon endroit !

Voici quelques-unes de nos recettes phares que tu vas pouvoir essayer chez toi pour retrouver les bons goûts de Mange et tais-toi !

Notre levain partagé

Notre pain

Les gnocchis

Notre levain

 

A la demande générale voici notre recette de levain !

Le but premier de notre opération à été de faire face à la pénurie de levure dans les commerces. Et puis ça faisait longtemps que ça nous titillait mais bon c’est tellement facile avec la levure classique qu’on a jamais essayé. Tu sais ce que c’est hein… Et puis là ça a été l’occas. C’était maintenant ou jamais ! Franchement on était pas du tout sures que ca allait marcher. Parce que premièrement on est pas boulangères, même si on adoooore faire du pain, et parce que sous ses airs de rien c’est pas si facile que ça. En même temps ce n’est pas compliqué non plus !

 

Enfin bref, après quelques toutoullaiges , des essais par-ci, des essais par-là, ça a marché !

On avait, dès le premier gramme de farine posé, déjà en tête ce petit rêve fou de faire un levain qui déchire et de le partager avec nos amis et pourquoi pas les amis de nos amis, les voisins, les copains des voisins, bref, tu vois quoi… C’était secrètement dans nos petites têtes. Parce que ben oui nous sommes des rêveuses, des idéalistes et on adore ça ! J’avoue on a hésité à partager le truc parce que bon, on en était encore aux prémices et sûres de rien. Mais ce qu’on a par-dessus tout, ce qui nous défini le plus c’est notre positivisme à toutes épreuves. Donc bam, on partage, on poste, on voit ou ça nous mène…  Et là bam vous répondez présents, en masse, dingue !

 

On a reçu des demandes de loin, trop loin donc la seule solution c’était de balancer la recette. La voici donc, en espérant que tu prendras autant de plaisir et de bonheur que nous à le faire et à le partager…

Tout d’abord je dois te dire quelques petites choses. Le levain n’est pas une science exacte. Il sera différent chez tout le monde, il te demandera peu de temps mais beaucoup de patience et surtout d’observation. Il faut que tu y mettes tout ton cœur, que tu l’observes, pour voir comment il se comporte, comment il évolue, que tu lui parles, bref que tu en prennes soin ! Il peut parfois être un peu capricieux, il n’aime pas beaucoup les changements, a du mal avec la météo parfois, bref c’est un petit coquin qui s’amuse parfois à jouer avec nos nerfs ! Mais, tel un membre de notre famille, on l’a adopté et ce pour le meilleur et pour le pire… Bref, ce qu’on veut que tu comprennes c’est que malgré tout ça, il ne faut surtout pas te décourager parce tu verras c’est magique !
 

Le seul « matériel » dont tu as besoin :

. Un bocal en verre, type Weck, Le Parfait, pas trop petit, dont tu auras retiré le joint pour pas que ça soit trop hermétique ( le levain se nourrit des particules qu’il y a dans l’air). Si tu n’as qu’un bocal classique no stress ça marche aussi, faudra juste penser à pas trop serrer le couvercle.

 

. Une cuillère en bois

 

ET C’EST TOUT !!!

Ingrédients :

. Farine, froment ou épeautre de notre part mais fais toi plaisir si tu as envie de tester autre chose !

. Eau, de source ! Très important, n’utilise pas l’eau du robinet pour le levain, il y a trop de méchantes choses que le levain n’aime pas !

ET C’EST TOUT !!!

Alors voilà comment ça se passe, ça te prendra 30 secondes par jour, promis, juré !

Tu choisis donc ton plus beau bocal et ta plus jolie spatule. Je te conseille de faire ça toujours plus ou moins à la même heure, après ton café du matin par exemple 😉

Jour 1 : Tu mélanges 20 gr d’eau de source, 20 gr de farine. Tu laisses traîner ça dans ta cuisine.

Jour 2 : Tu rajoutes 20 gr d’eau de source, 20 gr de farine, tu mélanges. Tu laisses traîner ça dans ta cuisine.

Jour 3 : Tu rajoutes 20 gr d’eau de source, 20 gr de farine, tu mélanges. Tu laisses traîner ça dans ta cuisine.

Jour 4 : Tu rajoutes 20 gr d’eau de source, 20 gr de farine, tu mélanges. Tu laisses traîner ça dans ta cuisine

Jour 5 : Là les choses sérieuses commencent. C’est presque le jour du pain ! Le jour d’avant ton premier pain pour être précise.  Tu ajoutes 50 gr d’eau et 50 gr de farine.  Tu mets un élastique autour de ton bocal, ce qui te permettre de voir comment évolue ton levain. Lorsqu’il aura doublé de volume et fait de belles bulles (plus ou moins 8 h plus tard mais ça peut varier en fonction de son environnement, de la météo,…) tu vas enfin pouvoir faire ton pain.

 

Enfin je te préviens tout de suite, je calme tes ardeurs, ton premier pain ne va pas casser la baraque comme on dit. Il risque de ressembler plus à un pain pitta qu’autre chose mais ça fait partie du processus. Et puis ça te permettra d’encore mieux apprécier ton premier bon pain ! Ceci dit, il se peut que ton levain soit un peu liquide mais ce n’est pas grave tu continues quand même. La seule chose qui doit t’alerter c’est l’odeur. Le levain ça sent, ça a une odeur particulière mais attention ça ne sent pas mauvais. Si ça sent mauvais tu ne pourras pas le respirer très longtemps.

Quand ton levain aura doublé tu peux faire ton pain.

Notre Pain

Voici notre recette de pain mais ça marchera
avec la tienne aussi !

Ingrédients :

310 gr d’eau

12 gr de sel

+ /- 230 gr de levain (ça ne doit pas être hyper précis)

550 gr de farine

. On y ajoute parfois une cuillère de miel ms ça n’est pas obligatoire

Marche à suivre :

. Dans un plat mets l’eau et tu y dilues le sel

. Ajoute le levain

. Ajoute la farine

. Pétris pendant 10 min

. Mets un drap bien humide sur le plat et fais-le lever toute la nuit.

. Le lendemain abaisse la pâte, prélève 2 X 100 gr du pâton de pain. Un que tu remets dans ton bocal et un que tu mets dans un autre bocal, c’est celui que tu vas partager. Tu ajoute 30 gr d’eau et 30 gr de farine aux deux, tu mélanges et tu les mets au frigo.

. Tu pétris un peu ta pâte et tu la mets dans une cocotte avec un papier sulfurisé. Tu laisse lever une heure puis hop direction le four, avec le couvercle et tout ! (Si tu n’as pas de cocotte pas de panique, fais comme tu as l’habitude de le faire !)

. 55 min à 230 degrés, sans préchauffage.

Et là je peux voir d’ici ta déception parce que ce premier pain ne sera pas extraordinaire. Par contre le levain que tu viens de mettre au frigo lui aura déjà un meilleur rendu que le premier. Pour tout te dire, en général c’est le 3 -ème pain qui est le bon. Si tu es dans une optique de partage massif de levain tu peux faire comme nous et utiliser tout ton pâton pour faire plein de levains !

Pour pouvoir conserver ton levain tu dois le nourrir régulièrement, tous les 3 jours plus ou moins, en y ajoutant à chaque fois la même quantité d’eau que de farine, par exemple 20 gr et 20 gr. Je te conseille de te faire au moins 2 levains rien que pour toi. D’un ça te permettra de faire des ptits tests, tiens est ce que je lui mettrais pas un peu de miel à celui-là et puis parce que parfois, sans prévenir il peut s’éteindre… Et puis ça ne mange pas de pain (ha ha) d’avoir plusieurs levains dans ton frigo !

Voilà, je pense qu’on t’a tout dit mais si tu as des questions n’hésite pas à nous contacter.

Et dernièrement il y a des tas de recettes de levain, de manière de faire. Nous on a choisi celle-ci et elle a marché. On ne prétend pas avoir LA recette miracle mais elle a le mérite de marcher très bien pour nous et pour toutes les personnes à qui on a partagé le levain.

Ha, une toute dernière chose ! Tu peux bien sûr utiliser le levain pour d’autres recettes ! Pizza, pâtisserie,…

 

On t’a bien dit que c’était magique ! 😉

Tu as fais ton pain, ta pizza, ta baguette ou autre avec notre levain ? Envoies-nous une photo, ça nous fera toujours plaisir ! ... Voici déjà une petite sélection des photos reçues pour te mettre l'eau à la bouche !

 
 
Nos fameux gnocchis

Parce que les pâtes c’est la vie ! Et parce qu’avec quelques ingrédients basiques, un peu d’huile de coude et surtout beaucoup beaucoup d’amour tu peux te régaler vite fait ! En plus, ça fera une super activité pour toute la famille. Et parce que c’est tellement meilleur quand c’est fait maison !
 

Les gnocchis, c’est ma madeleine de Proust, c’était le plat du dimanche, ce moment où on réunit la famille, ou chacun met un peu les mains à la pâte, littéralement.  Ma maman préparait toujours plus de pâte parce que mon frère et moi on l’aimait crue. Goûte-la crue, à plusieurs reprises, ça te permettra de savoir si il y a assez de sel, d’huile, de connaitre sa texture, fais-moi confiance !


La recette !
 

Les ingrédients, pour un kilo, 4 personnes (fais-moi confiance il restera plus rien)


500 gr de farine (idéalement de froment)
500 gr de pommes de terre écrasées (Pdt à chair ferme : Charlotte, N
icolas, Victoria)
3 œufs
Huile, sel, eau
La sauce
1 l de coulis de tomates
Saucisse italienne au fenouil ou saucisse gaumaise fumée (+ /- 150 gr par pers, bon tu peux pousser jusqu’à 200 mais tu dis rien à ta nutritionniste stp)
Huile
Sel
Ail (éventuellement , c’est pas obligatoire)


1 . Fais cuire tes pommes de terre. Idéalement avec la peau et à la vapeur. Pour les puristes. Mais si c’est sans la peau, en morceau et à l’eau salée ça va aussi ! Pardon aux puristes.


2 . Écrase tes pommes de terre (sans la peau hein, d’abord tu te brûles les doigts pour les éplucher stp), s’il reste des petits morceaux ce n’est pas grave du tout, n’en fais surtout pas une purée. Met là au frais ! Pour la travailler elle doit être froide, je répète, pas tiède, froide !


3. Pendant que ça refroidit, fais nous ta meilleure sauce tomate !

Déjà, achète un bon produit de base, détourne les yeux au rayon concentré de

tomates stp, fuis, cours. Il y a mieux, beaucoup mieux, crois-moi. Si tu habites

près de Saint-Léger il me reste quelques bocaux à la maison, je veux bien te

dépanner ! 😉 Pour ceux qui ont la chaaaance de pouvoir aller en magasin

(mouhaha) tu trouveras bien un produit de qualité ! Ne lésine pas sur la sauce

tomate, sinon fais des pâtes jambon-beurre. Point.


4. Ta sauce tomate tu la fais comme tu veux mais pour les gnocchis, stp tu n’y

mets pas de haché. Le haché c’est pour la bolo (et encore) qui accompagne tes

spaghettis. Pour aucunes autres sortes de pâtes. Sinon t’es plus mon ami...

Chaque sorte de pâtes a sa sauce. Oui oui. Je veux bien autoriser quelques

variantes mais ne joue pas avec mes nerfs stp.


Ma sauce c’est : coulis de tomate, un filet d’huile (bon, un beau ptit filet quad même), de la saucisse italienne au fenouil ou de la saucisse gaumaise fumée ( tu vois je te laisse le choix) et du sel, basta. Rien d’autre. Eloigne toi avec tes herbes à spaghettis et ton morceau de sucre, ma tolérance à des limites ! Et stp, tu la fais mijoter. Des heures, en fait le plus que tu peux, tout doux. Tu me remercieras. Et puis t’as le temps là.  Si tu préfères tu peux mettre des plates côtes dans ta sauce, des boulettes (maison !) et tout ce qui te plaira d’autre. Moi j’aime y ajouter un ptit morceau de poivron rouge, ça lui donne un goût particulier…
T’as fait trop de sauce, congèle-la, ou mieux, beaucoup mieux, mets-la dans un bocal, stérilise-le et voilà.


5 Les précieux, les gnocchis
Tu mets ta farine sur ton plan de travail, tu y fais un puits, tu y déposes tes pommes de terre écrasées, tes œufs, tu mets un peu d’huile d’olive, du sel et tu pétris. De temps en temps tu goutes, tu rajoutes du sel et de l’huile d’olive et un peu d’eau si nécessaire, si c’est un peu sec. Ça DOIT gouter le sel, genre un peu trop et l’huile d’olive.

 

 

 

 

 

 



Ensuite t’auras un beau gros boudin.
Tu fais des tronçons avec ton gros boudin, un gros centimètre de large. Et tu fais des boudins plus fins. Après tu coupes tes fins boudins en morceau d’un cm. Et après tu les caves…(Caver = terme technique italien signifiant donner une forme à tes pâtes) Ha ha ha je n’ai aucune idée de comment t’expliquer ça par écrit. J’essaye... Avec ton index, celui de ton mari et de tes enfants, tu appuies légèrement sur le gnocchi et tu le fais rouler. Même si ce n’est pas parfait fais le quand même, ne sautes pas cette étape, fainéant(e), sans ça ta sauce n accrochera pas, ça glissera sur ton gnocchi tout lisse et sans intérêt. Et vu que t’as fait une sauce de la mort qui tue ça serait dommage… Allez hop hop hop, je t’assure en fait, c’est très chouette, crois-moi, tu deviendras accro.

 

 

 

 

 

 

 


Tu me farines bien tes ptits gnocchis et tu les manges le jour même ! Ça ne se garde pas pour le lendemain, ça noircit à cause de la pomme de terre. Moi si j’en fais trop je les congèle crus, à plat et une fois congelés je les mets dans des pots, ça prend moins de place. Max 2 mois au congel hein, ne nous fait pas un stock pour l’année.
Voilà y a plus qu’à cuire et ça, promis, ça prend quelques minutes !
Tu remplis une grande et large ( pas haute) casserole d’eau, bien salée ( ton eau doit goûter la mer !). Tu laisses ta casserole à spaghettis tranquille, stp.
Quand l’eau bout tu les mets dedans. Si t’as pas une grande casserole tu les cuis en 2 fois, les gnocchis ont besoin d’espace pour danser.
Tu touilles un ptit coup juste pour dire et tu laisses la magie opérer. Ils vont remonter à la surface. Qd ils sont tous remontés, tu les admire 30 secondes, tu retouilles pour le plaisir puis tu les sors. Si tu les cuis en 2 fois utilise une écumoire pour sortir les premiers.


En attendant qu’ils remontent, c’est le moment pour te servir ton petit verre de vin. Ce n’est pas obligatoire mais c’est tellement bon. Et si tu cherches du bon vin j’ai quelques adresses…
Bon, là tu prends ton plus joli saladier, en verre pour les puristes. Et même si t’es pas puriste, tu ne les remets pas dans la casserole qui a servi à les cuire, JAMAIS ! Sinon, tu n’es plus rien…  Là, tu leur ajoutes ta sauce. Ils vont boire donc t’en rajoutes, tu les noies si, comme moi, t’es fan de sauce. Et tu amènes ton plat à table.


Et tu n’oublies surtout pas le parmesan, c’est la touche finale, l’umami.  S’il te venait à l’idée de sortir ton gruyère, saches que je pourrais en pleurer, ne fais pas ça. Parmesan, rien d’autre.
Maintenant, déguste et envois moi tes photos !


Si après tout ça tu juges que ça aurait pu être mieux tu as probablement raison. C’est en forgeant…
Et puis si ça te dit, quand ce truc sera derrière nous je veux bien t’apprendre, ça et deux trois autres petits trucs 😉

Bon appétit !

Espace de la Croix d'Or

Grand Rue, 23

6630 Martelange

Tél. +32/ 496 65 83 26

mangeettaistoi@gmail.com

©2019 Créé par

logo All About you